Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘Beauté / Beauty’ Category

Ce lieu-là surpasse encore tous les autres en beauté : car les isles qui se rencontrent dans l’emboucheure de ces deux fleuves (le St-Laurent et la Rivière des Prairie), sont autant de grandes et de belles prairies, les unes en long, les autres en rond, ou autant de jardins faits à plaisir, tant pour les fruits qui s’y rencontrent, que pour la forme et l’artifice dont la nature les a préparées, avec tous les agremens que les Peintres peuvent representer dans leur païsage.” — Jérôme Lalement, Relations des Jésuites, 3, année 1663, p 28 cité dans Jean-Claude Marsan, Montréal en évolution, (Montréal : Éditions Fides, 1974), 31

…par conséquent ce fera un jour un pays tres-propre pour eitre la situation d’une grande et grosse ville. Jérôme Lalement, Relations des Jésuites, 3, année 1663, in The Jesuit relations and allied documents travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791 : the original French, Latin, and Italian texts, with English translations and notes, vol 48, p 168 (Early Canadiana Online)

Advertisements

Read Full Post »

A vrai dire la beauté des paysages de Charlevoix n’est perçu que par les premiers visiteurs anglophones vers le milieu du XIXe siècle… Quand, à partir de 1844, un service de vapeurs permet d’amener tous les jeudis les voyageurs de la ville de Québec… Charlevoix change de vocation. Le comté devient un haut lieu touristique, au climat salubre, où l’on peut prendre des bains de mer … «Peu d’endroits au Canada soutiennent la comparaison pour la beauté du paysage», proclament les guides touristiques… La beauté du compté du Charlevoix était donc née, fille improbable du choléra de 1832 et de l’industrie touristique naissante!” — François-Marc Gagnon. Charlevoix : Une histoire d’art 1900-1940. Baie-Saint-Paul : Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul, 1994, p 7-8.

Read Full Post »