Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘Échanges / Exchanges’ Category

Elizabeth SIMCOE, Montreal view from the west, 1796 Elizabeth SIMCOE, Montreal view from the west, 1796 (2) Elizabeth SIMCOE, Montreal view from the west, 1796 (3)
05 avril 2008, Espace mobile, Vox, Montréal
Elizabeth SIMCOE, Montreal from the west. June 30, 1796. Watercolour on wove paper. Library and Archives Canada, Accession no. 1938-223-11. (http://www.collectionscanada.gc.ca Accessed 29 March 2008 ) – image 1 and 2
Elizabeth SIMCOE, Montreal from the west. June 30, 1796. Watercolour. Archives of Ontario, Reference code F 47-11-1-0-265. (http://www.archives.gov.on.ca Accessed 29 March 2008 ) – image 3

Lorsque je prenais ces photos sur le boul. St-Laurent, j’ai rencontré Yvon. Il m’a informée que la Ville à l’intention de démolir tous les édifices de l’autre côté de la rue. Selon lui, c’est un ménage du quartier nécessaire. À cela, Je lui ai demandé s’il souhaitait même la disparition du Montreal Pool Room. Il m’a répondu qu’on peut y manger de très bons hot dogs. Ensuite, il m’a raconté comment il s’est installé dans le coin, il y a de cela plusieurs années. Il m’a avoué qu’à 12 ou 14 ans, il s’est associé à une gang de rue. En y repensant, il a trouvé cette vie malheureuse. Tous les membres de son ancienne gang a déménagé dans le coin de Beaubien et il est le seul à avoir resté dans le quartier.

Advertisements

Read Full Post »

Baie-Saint-Paul

Non sans humeur, en toute modestie, la Montréalaise a voulu tester notre soif pour la possession, jouant sur les apparences, se payant même la tête de l’histoire officielle. Sur son chevalet, devant ce paysage de Charlevoix peint et repeint depuis deux siècles, Tayler reproduit des tableaux tirés d’une encyclopédie canadienne de Musée des beaux-arts du Canada, abandonnée à la lettre K. Les gens aiment ses toiles? Tayler les donne, non pas en échange d’argent, mais contre un objet ou une histoire personnelle.” — Jérôme Delgado. “L’art pour l’art : Le Symposium de Baie-Saint-Paul fête ses 25 ans” Le Devoir. 1er et 2 septembre, (2007), E5.

Samedi le 29, et le dimanche 30 septembre, je serai à Dare-Dare dans le cadre de l’évènement Peinture fraîche / Fresh Paint. Venez me rencontrer ou me faire du troc!

Saturday the 29th and Sunday the 30th of September, I will be at Dare-Dare as part of the event Peinture fraîche / Fresh Paint. Come to see me or to make a trade!

Read Full Post »

Si on choisit d’échanger des biens matériels, objets ou services, plûtot que des valeurs mésurées monétairement, c’est bien que l’on compte sur les objets pour subvertir ou contourner une économie officielle et les normes du marché. Posons-nous la question de ce que l’on attend des objets, de ce qu’on leur attribu comme pouvoir, de ce qu’on y investit comme croyance. L’objet libéré de sa valeur d’échange, purifié de tout contact avec l’argent, va-t-il révéler sa vraie valeur, valeur d’usage, valeur sentimentale, subjective, valeur sacré, valeur vécu?… L’intérêt de la pratique du troc est de nous confronter directement aux objets, donc en fait à la différence entre les espoires que l’on y investis et leur efficacité réelle.” — Jean-Ernest Joos. “L’objet : entre l’humain et l’inhumain” Esse arts + opinions 49 (2003), 38.

Read Full Post »

COSGROVE, Stanley. Landscape, 1948 traded for conceptual business cards.

09 août 2007, Pergola,
25e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

COSGROVE, Stanley. Landscape, 1948. Oil on paper, mounted on masonite. 66.2 x 102.3 cm. National Gallery of Canada, Ottawa. Accession no. 4983. (Reproduced from Canadian Art : Catalogue of the National Gallery of Canada Ottawa. Vol. 1 / A-F. Eds. Charles C. Hill and Pierre B. Landry. Ottawa : National Gallery of Canada, 1988. p 213.) Traded for two conceptual business cards and a descriptive text.

Je suis très content que tu aies accepté ma proposition de troc pour ta
peinture. Voici donc pour ton blog la description des deux cartes que je t’ai proposées.
La première carte se lit : ” Clara Freeman / Effeuilleuse “, et elle a été conçue à la fin des années 80, alors que je travaillais en ” effeuillant ” le dictionnaire Robert pour réaliser des exercices de poésie conceptuelle; il s’agissait du pseudonyme que j’utilisais parfois pour des actions que je faisais lorsque je travaillais à la revue Inter. (En fait, je n’ai jamais utilisé cette carte, qui est donc demeuré un pur souvenir personnel.)
La deuxième carte, ” prière d’égarer “, est conçue comme un objet paradoxal et un accessoire d’intervention, qu’il m’arrive parfois de laisser dans différents lieux publics : il s’agit, pour quiconque la trouve, de la perdre à nouveau en l’égarant.” — Patrice Loubier

Read Full Post »

Pendant que je peignais au quai, un monsieur m’a approché en demandant « c’est toi la fille avec qui l’on peut négocier ? » Il avait fait le tour du Symposium et par hasard, il était venu à la plage et il m’avait vue de loin sur le quai.

GAGNON, Clarence. In the Laurentians, Winter, 1910 traded for a lived experience.

09 July 2006, Atwater Market, Montreal
GAGNON, Clarence. In the Laurentians, Winter, 1910, oil on canvas. 60.0 x 81.3 cm. National Gallery of Canada, Ottawa. Accession no. 357. (Reproduced from Canadian Art : Catalogue of the National Gallery of Canada Ottawa. Vol. 2 / G-K. Ed. Pierre B. Landry. Ottawa : National Gallery of Canada, 1994. p. 15.) Traded for an experience lived in his place.

On a passé un peu de temps ensemble. Il était en vacances avec très peu des possessions personnelles et c’était difficile pour lui de trouver quelque chose à échanger. Je lui ai proposé de prendre quelque temps pour réfléchir et qu’il pouvait me rejoindre à Montréal pour faire le troc. Il m’a répondu qu’après aujourd’hui il n’existe plus. (more…)

Read Full Post »

Le chasseur d’ours

Arthur HEMING, The Bear Hunter, 1910

17 août 2007, L’Église
25e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

HEMING, Arthur. The Bear Hunter, 1910. Monochrome oil on canvas. 42.6 x 30.9 cm (image); 49.8 x 36.2 cm (canvas). National Gallery of Canada, Ottawa. Accession no. 218. (Reproduced from Canadian Art : Catalogue of the National Gallery of Canada Ottawa. Vol. 2 / G-K. Ed. Pierre B. Landry. Ottawa : National Gallery of Canada, 1994. p. 116.)

Cette toile fut inspirée par un couple de Les Éboulements qui ont une grande ouverture d’esprit, à tel point qu’ils accueillent des gens défavorisés chez eux pour leur faire vivre une expérience dans la nature. Pendant leur séjour, le monsieur accompagne ces gens en randonnée. Il est également un chasseur d’ours. Bien que cette toile n’est pas strictement un paysage, il témoigne d’une image, celle de l’homme dans la nature, identité que nous avons en tant que peuple descendant des coureurs de bois, des chasseurs et des pionniers qui ont exploré ce pays sauvage. (more…)

Read Full Post »

William BRIMNER, Early Moonrise in September, 1899 traded for Jimmy PERRON, Pêche sur le Porsche, 2007

June 18 2007, Marché Atwater / Atwater Market, Montréal
BRYMNER, William. Early Moonrise in September, 1899. Oil on canvas. 74.2 x 102.1 cm. National Gallery of Canada, Ottawa. Accession no. 42. (Reproduced from Canadian Art : Catalogue of the National Gallery of Canada Ottawa. Vol. 1 / A-F. Eds. Charles C. Hill and Pierre B. Landry. Ottawa : National Gallery of Canada, 1988. p. 149) Traded for a painting by Jimmy PERRON. Pêche sur le Porsche, 2007.

La semaine dernière, j’ai fait la connaissance de Jimmy Perron, un artiste de Baie-Saint-Paul, représenté par plusieurs galeries commerciales québécoises. Nous avons eu une petite discussion concernant les différents milieux de l’art. Il m’a expliqué son désir de faire partie du Symposium. (more…)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »